Je déteste lire, mais j'ADORE ça

icon Tags de l'article :

Novembre 29, 2019
Je n'ai jamais aimé lire. Prendre un nouveau livre, devoir découvrir des personnages, une histoire, suivre ce qui se passe...

Ca demande une capacité d'attention que je n'ai jamais eu. C'est trop exigeant pour mon cerveau.

Du coup, je n'ai jamais aimé ça.

Mais un jour, on m'a offert un livre. Harry Potter et la chambre des secrets.
Puis l'année suivante, on m'a offert 2 livres Star Wars.

Grâce à ces livres, j'ai pu découvrir 2 choses :
1) J'aime les livres fantastiques, dans des univers un peu cosy.
2) J'aime lire des livres qui se passent dans des univers que je connais.

Partant de ça, il m'est arrivé 2 choses en 20 ans.
1) Je me suis mis à lire avec passion. Majoritairement des livres sur mes univers préférés, mais j'ai lu. Beaucoup. (Star Wars, Harry Potter, Warcraft, etc.)
2) J'ai relu de nombreuses fois mes sagas préférées.

Nous sommes tous et toutes différent-es. Beaucoup de gens aiment découvrir de nouvelles histoires quand ils lisent. De nouveaux personnages, de nouvelles intrigues...

Moi ce n'est pas mon cas. Je lis car j'aime retrouver mes personnages préférés. Mes ambiances préférées. Mes lieux préférés.

Je voulais en venir à ça. Si la lecture ne vous plait pas, mais que vous aimez, par exemple, Harry Potter... lisez les livres. Vous vivrez quelque chose d'incroyable.

Même si beaucoup de gens vont avoir tendance à me regarder de haut "quoi mais tu relis tes livres", je me dis toujours qu'il vaut mieux relire des livres que ne rien lire du tout. Et même après la 5ème lecture des Harry Potter, je découvre des choses que j'avais raté les 4 premières fois.

Alors lisez, ce que vous voulez, comme vous le voulez. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise lecture. Il n'y a que de la lecture.

Programme de remise en forme sans chocs - préparation ski

icon Tags de l'article :

Janvier 07, 2019
Salut tout le monde,

Comme certains le savent peut-être, je suis un fana de montagne et je pars au ski tous les ans, au minimum une semaine.
Or, depuis mon bras cassé de l'année dernière, je n'ai plus fait le moindre sport. Je me trouve donc actuellement... sans muscles, et en surpoids.
Il faut ajouter à cela que j'ai les genoux fragiles (je skie avec des genouillères de contention).
Je ne suis donc pas dans les meilleures disposition pour descendre une montagne à 50km/h à la seule force de mes cuisses (et de la gravité, mais bon).

Du coup, pour remédier à ça, j'ai décider de créer un petit programme de HIIT (entrainement intensif) pour me remettre en condition.
Ce programme a été conçu à partir d'une dizaine d'autres programmes, en ne prenant que les exercices "sans choc", afin d'y aller doucement et d'éviter au maximum les blessures.

Accessoires nécessaires : tapis de yoga, haltères, support à 50cm du sol (canapé, banc de musculation, balle)
Comment exécuter cet exercice : 30 secondes d'effort, puis 10 secondes de repos, puis 30 secondes d'effort, etc.
Pour le timer, vous pouvez utiliser cette page
Combien de répétitions à chaque exercice ? Le maximum sans aller trop vite, en s'appliquant sur le mouvement.
Combien y a t-il d'exercices ? 12.
Combien de fois dois-je faire les 12 exercices ? 1 à 4 fois selon votre état physique.

4 choses importantes :
  • Pensez à vous échauffer avant
  • Faites des recherches sur le mouvement de chaque exercice si vous avez un doute. Faire un mouvement qu'on ne maitrise pas c'est prendre le risque de se blesser.
  • Stoppez immédiatement à la moindre blessure/douleur, et si ça persiste, consultez un médecin.
  • Essayez d'espacer vos sessions d'au moins 48 heures au début. Et jamais plus d'une par 24 heures.

1) Side Lunge


2) Single leg deadlift


3) Planche


4) Fente avant


5) Triceps dip on chair


6) Squats (avec ou sans poids)


7) Pompes


8) Wall sit


9) Stability ball plank knee drive


10) Side plank


11) Russian twist


12) Calf raise


Et voilà !
Pour finir, je vous recommande de prendre une petite douche alternée dans l'heure qui suit la session. (douche en alternant chaud/froid toutes les 30 secondes)
C'est le meilleur moyen d'éviter les courbatures le lendemain !

Sources des images :
https://vimeo.com/182263036
https://www.jbcharleston.jb.mil/News/Photos/igphoto/2001716661/
https://pxhere.com/en/photo/1165192
https://www.pexels.com/de-de/foto/aktivitat-athlet-attraktiv-ausbildung-1582161/
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bench-dips-2.png
https://www.pexels.com/photo/adult-athlete-body-exercise-176782/
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:WallsitSideview.png
https://vimeo.com/95690726
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Side-plank-2.png
https://www.af.mil/News/Article-Display/Article/1103770/70th-isrw-amputee-airman-hopes-to-return-to-active-duty-soccer-and-deploy/
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Standing-barbell-calf-raise-2.gif

Triche, hackers et streaming assumé

icon Tags de l'article :

Janvier 10, 2018


Hello,

Lorsque j'ai publié mon dernier article sur les Battle Royale, je ne m'attendais pas à devoir en republier un aussi vite sur le même sujet... Mais je me sens obligé après mes dernières soirées sur PUBG.

Aujourd'hui, on va discuter de triche en ligne.

Déjà, je vais devoir vous expliquer rapidement comment on lutte contre la triche dans un jeu en ligne.

Lorsqu'on développe un jeu vidéo avec un mode multijoueur, on a deux choix à faire :
  • Où seront stockées les données du jeu ? Sur le client (pc/smartphone) ou sur le serveur ?
  • Quelle(s) machine(s) calculeront les impacts et actions en jeu à plusieurs ? Le client (pc/smartphone) ou le serveur ?



Si on met tout côté client, le jeu devient vite injouable en ligne. Car des petits malins vont aller modifier les fichiers de leurs personnages pour se donner une vie infinie, des armes qui one-shot, etc.

En revanche, si on met tout côté serveur, le serveur doit calculer en permanence l'impact des actions des joueurs. Exemple : tel joueur est à tel endroit et il a tiré dans telle direction, je calcule s'il touche un joueur au même endroit, et en fonction du résultat j'envoie les infos aux autres joueurs : toi tu es mort, toi tu es blessé, toi tu as juste entendu une balle atterrir proche de toi, etc.).

Evidement, c'est aussi la seule façon d'avoir une expérience de jeu en ligne safe, car les données côté serveur ne peuvent pas être modifiées. Par contre, vous vous en doutez... C'est beaucoup plus cher, car il faut des serveurs capables de stocker toutes les données, mais également d'effectuer tous les calculs pendant une partie. Et avec 100 joueurs sur une carte énorme... Ben le cout doit être titanesque...



Ce qui fait que je fus assez étonné, jeudi dernier, en tombant plusieurs parties d'affilée sur des cheaters. Mais pas des cheaters qui visent parfaitement, non...
Des cheaters qui font des choses impossibles. Des cheaters qui se téléportent, qui courent à 150km/h, qui tirent à travers les murs, qui vous tuent de l'autre côté de la carte...

Un petit aperçu ici : COMPILATION HACKERS PUBG



Et là se pose la question du... comment c'est possible ?
Trois solutions :
  • Seulement certaines choses sont calculées côté serveur (drop des armes, impact des balles)
  • Ou tout est calculé côté serveur, mais il y a des failles énormes dans le code
  • Tout est calculé côté client, et il suffit d'un client modifié pour pouvoir faire tout ce qu'on veut dans le jeu...

Personnellement... je penche pour la première solution.
Pour une raison simple : on est très loin de hacks basiques comme le wallhack ou les aimbots. Là on parle de joueurs qui défient les règles physiques de l'univers du jeu. Pouvoir tirer à travers un mur, de l'autre côté de la carte... ou même juste pouvoir se déplacer à 150km/h à pied.... Ce n'est pas possible normalement. Ca veut donc dire, que les serveurs ne vérifient pas tout ce que fait un joueur...

Et là... c'est grave. Car ça rend le jeu injouable, en plus de couper toute envie d'y jouer davantage. A quoi bon jouer à un jeu où on se retrouve face à d'autres joueurs qui peuvent faire des choses impossibles.

Sans compter que je ne vous raconte pas le plaisir de mourir après 20 minutes de jeu, d'une balle de sniper, pour découvrir que le mec était dans un hangar, en train d'enchainer les kills en tirant à travers le mur...



Mais ce n'est pas fini, il y a pire. Et ça me rend dingue.
Car jusque là, ça me faisait rire...
Je trouvais ça drôle et triste de voir ça, mais je n'étais pas dégouté. Je continuais de jouer, puis je suis tombé sur une vidéo de "pros" combattant des hackers sur PUBG.
Dont un streamer en particulier, vous pouvez cliquer ici pour voir de quoi il s'agit.

Le mec se retrouve face à un hacker qui se téléporte... Et suit parfaitement ses mouvements. Son viseur suit le hacker quasi parfaitement, à toute vitesse, en enchainant les ciblages quasi-parfaits à moins de 0,3 secondes d'intervalle...

Et ce mec est une star du streaming FPS/BR. Et il stream régulièrement.
Du coup j'ai regardé d'autres streams, et il me parait évident qu'il est lui-même un cheater. Il est capable de viser et tuer quelqu'un, en moins de 0.3 secondes, alors que la personne était dans son dos...

Et le mec stream. Genre pépère.



Au final il a probablement juste un aimbot bindé sur sa souris, configuré pour donner une impression de mouvement naturel... et il est probablement excellent dans tous les cas dans les FPS...
Il vise à peu près vers la cible, puis aimbot + tir. Et hop, il retourne des combats à 1v3.
Mais... il triche. Il fucking triche.

En ligne. En streamant. Et la majorité des joueurs ne voient rien. Il triche, et est respecté par énormément de joueurs à cause de son gros niveau de jeu...

Oui, ça lui permet d'offrir un meilleur spectacle... mais est-ce ça qu'on veut ? Suivre des joueurs excellents qui au final ne sont que des fraudeurs ?

Après certains me diront que je ne peux pas être sûr à 100% qu'il triche, mais je suis clairement convaincu à 99+%. Car même un extraordinaire joueur de FPS ne peut pas enchainer autant de ciblages parfaits à moins de 0.3 seconde d'intervalle...

Du coup je me retrouve un peu halluciné, et ça me casse totalement l'envie de jouer à des jeux compétitifs en ligne. Car quand même les top streamers arrivent à hacker sans être inquiétés... Au final le jeu à haut niveau n'est-il qu'une fraude ?

Voilà, c'était ma découverte et désillusion de la semaine dernière.

Sur ce... bonne soirée à tous/toutes !

Battle Royale, retour sur PUBG et Fortnite

icon Tags de l'article :

Janvier 05, 2018


Hello à tous,

Petit article jeux vidéos, ça faisait longtemps... Aujourd'hui on va parler Battle Royale. Mais pas le film, les jeux. Enfin, deux des plus gros jeux.



Le Battle Royale est un mode de jeu apparu dans les années 2012/2013 avec Minecraft et Arma 2 (via le mod DayZ).
Il s'est ensuite démocratisé avec le célèbre PlayerUnknown's Battleground, l'un des jeux les plus suivis et streamés de 2017.

L'idée de base est la même que dans le film : une carte énorme, plein de joueurs largués au hasard sur la carte, des armes un peu partout, une zone qui rétrécit petit à petit... et le dernier debout a gagné.

J'avais un peu loupé l'explosion de ce genre de jeu en 2017 car je ne pensais pas accrocher. Et j'ai commencé à y jouer... il y a deux semaines.
Au final, je ne peux pas dire que j'accroche particulièrement à ce type de jeu, mais c'est un mode de jeu qui change radicalement de ce à quoi on était habitué.



Ces jeux sont un peu la version "multijoueurs" des jeux d'horreur auxquels on jouait en solo.
Car ici... tout le monde est notre ennemi. Sortir à découvert, c'est se mettre en danger, explorer un batiment en courant pour s'armer... c'est se mettre en danger.
Tirer sur un ennemi également, c'est s'exposer. On peut se faire sniper ou exploser à n'importe quel moment.

Du coup, en plus la partie avance, en plus notre tension augmente, on devient attentif au moindre bruit, on essaye de ne pas faire d'erreur, de ne pas se révéler...
Sauf qu'on ne peut pas rester immobile, car la zone bouge et se rétrécit. Donc il faut se déplacer, il faut anticiper, se placer, surveiller les alentours... Et tuer. C'est tuer ou être tué.

C'est vraiment particulier comme type de jeu. A la fois agréable à jouer quand on fait une belle partie (avoir tué 5+ joueurs, avoir réussi à finir dans le top 5) et très frustrant quand on meurt sans rien avoir vu venir (passer 15 minutes à s'équiper pour au final se faire sniper par un mec qu'on n'avait pas repéré dans le batiment d'en face).

Après je parle du genre en général, mais les deux BR dont je parle sont très différents.



PUBG mise énormément sur le réalisme. Il faut vous équiper, vous pouvez améliorer vos armes avec des viseurs, des zooms, vous pouvez changer de tenue, équiper des casques (moto, militaire), des sacs à dos, gilets par balle, utiliser des véhicules pour vous déplacer, etc.
Le jeu est assez lent et immersif. La carte est énorme, assez plate, il y a des bâtiments à fouiller partout, et au final, malgré le fait qu'on soit 100 sur cette carte, on croise assez peu de joueurs. Mais les confrontations sont très vites mortelles. N'espérez pas survivre à 3 coups de fusil à pompe ou à 5 balles de fusil d'assaut.
La tension qui se crée et qui augmente rend le jeu vraiment énorme. L'observation et l'anticipation sont les clés de ce jeu.
Ce jeu vous plaira vraiment si vous aimez ça. Le réalisme, l'anticipation, le fait de vous cacher, de viser des joueurs qui ne vous ont pas vu.



Fortnite, de son côté, est beaucoup plus en mode cartoon.
Basé sur le moteur d'Unreal, les games sont rapides et nerveuses. Quasiment tout est destructible, et les joueurs ont la possibilité de construire des obstacles à la volée (murs, escaliers, toits, etc.)
Contrairement à PUBG, la mobilité et réactivité sont ultra importantes. Il faut savoir sauter, esquiver, viser...
Le jeu est vraiment fun (pour moi) car il y a énormément de façons de s'amuser : se planquer dans une baraque piégée, construire une base blindée, rester caché dans un buisson, rusher tout le monde au fusil à pompe en construisant des escaliers, ...

Ah et dans ces deux jeux, on meurt vite. Très vite. Il faut imaginer une partie de Battlefield ou Unreal Tournament, à 100, en FFA, où vous n'avez qu'une vie. Voilà ce qu'est un Battle Royale. N'espérez pas gagner vos premières parties. Et je ne parle pas des 3 premières, je parle des 50 premières.

C'est un type de jeu stressant, énervant, frustrant... mais en même temps intense, intéressant, et rewardant.
Gagner une partie c'est totalement dingue. C'est dire qu'on a réussi à survivre à 99 joueurs, qu'on a été le meilleur, le plus malin, le plus efficace.


En bref, une expérience vraiment intéressante. Je ne peux que vous recommander d'essayer si les FPS/TPS sont un type de jeu qui vous intéresse, et que l'idée d'être seul contre tous ne vous répugne pas trop.
Par contre attention, c'est un type de jeu vraiment compétitif. Préparez-vous à perdre en boucle. Vraiment.
Et préparez-vous aussi à perdre contre des joueurs excellents. Des joueurs contre qui vous ne pourrez rien faire... au début.

Enfin, il est également possible d'y jouer à 2 ou à 4, mais la difficulté ne sera plus la même ;)

Du coup j'ai fait une liste des choses que j'aime/j'aime pas dans ce type de jeu :

J'aime
  • C'est intense
  • C'est ultra rewardant
  • Faire un kill est beaucoup plus plaisant que dans un jeu où on a les vies infinies
  • Le skillcap est très élevé
  • Fortnite apporte énormément de fun avec les constructions à la volée
  • Le jeu en équipe est vraiment cool, car on doit vraiment jouer en équipe (s'éloigner de 100m d'un copain ça peut signifier sa mort ou la votre).
  • Le son joue un rôle crucial dans le jeu, il faut savoir s'orienter et écouter
  • Fortnite permet de continuer de suivre la partie, en voyant ce que voit le joueur qui nous a tué
  • La customization des armes dans PUBG est vraiment cool (pouvoir monter un viseur 4x sur un fusil d'assaut <3)

J'aime moins

  • Le skillcap étant très élevé, il est très difficile de gagner une partie au début
  • La visée est très difficile au début dans ces jeux (il faut savoir jouer avec la chute des balles, la distance, l'anticipation, etc.)
  • Le niveau des joueurs sur Fortnite est vraiment élevé (à croire qu'il n'y a pas de matchmaking)
  • La vue TPS, c'est totalement différent de la vue FPS. On peut se faire tuer par un ennemi qu'on ne voyait pas mais qui lui nous voyait, juste à cause de l'angle de la caméra. De plus, un joueur peut vous voir sans que vous le voyez (accroupi derrière une fenêtre, on peut voir via la fenêtre sans s'exposer).
  • PUBG n'est vraiment pas optimisé, vous avez intérêt à avoir une bête de carte graphique
  • Dans PUBG, quand vous avez perdu... vous avez perdu. Vous ne pouvez pas voir la suite et fin de la partie.
  • Pas mal de bugs et hacks dans PUBG (4 parties d'affilée : mort par un bug, puis un hacker, puis un autre bug, puis un hack)



Et là je suis sûr que vous vous demandez :

Dois-je essayer ?

  • Oui si vous aimez les jeux ultra compétitifs
  • Oui si perdre en boucle ne vous gêne/frustre pas
  • Oui si vous préférez gagner après avoir souffert des heures, plutôt que de gagner par manque de difficulté
  • Oui si vous trouvez ça normal de chercher des guides / vidéos pour vous améliorer ou découvrir des astuces
  • Oui si vous aimez les FPS/TPS

Et du coup, je dois choisir quoi ?

  • Fortnite si vous n'avez pas de budget (le mode Battle Royale est gratuit)
  • Fortnite si vous aimez Unreal, Quake, ou les jeux plutôt orientés action, à gameplay ultra rapide et dynamique
  • Fortnite si vous aimez l'idée de construire des murs / escaliers pour surprendre vos ennemis ou vous protéger
  • PUBG si vous aimez les jeux à gameplay plus stratégique, lent et précis
  • PUBG si vous avez une super CG et le budget pour le jeu (il coute 30€)
  • PUBG si vous aimez davantage les jeux d'ambiance, où la tension ne fait que grimper

Voilà, en espérant que ce petit retour d'expérience vous a plu, je vous souhaite à tous une bonne journée, une bonne semaine, et une bonne année

P.S. Cet article n'est évidemment pas sponsorisé, en aucune manière. J'ai juste découvert ce type de jeu il y a 2 semaines, et je me suis dit que ce serait marrant d'en parler, pour ceux qui ne connaissent pas du tout.

Liseuse intensive : 6 mois après

icon Tags de l'article :

Décembre 13, 2017


Hello,

On m'a offert une liseuse il y a un peu plus de 6 mois, et je me suis dit que ça serait intéressant de partager avec vous mon ressenti après ces 6 mois d'utilisation.

Alors déjà quelques statistiques :
  • 26 livres lus
  • 377 heures de lecture
  • Une moyenne de 14h30 par livre
  • Une moyenne de 14h de lecture par semaine.

C'est pas si mal, ça fait presque un livre par semaine !

Du coup je vais vous faire un résumé points positifs / négatifs à la liseuse :

Positif
  • Le rétroéclairage ! Avoir en permanence une luminosité suffisante (qui devient orangée le soir) c'est juste génial. Ca permet de lire dans le lit sans déranger madame, ou encore d'avoir la bonne luminosité dans le bus.
  • La mémorisation de là où on en est. Je me suis endormi plusieurs fois en lisant, et je n'ai jamais eu à retrouver ma page.
  • On peut lire dans n'importe quelle position, sans avoir à tenir le livre ! On peut même lire tout en mangeant, là où un livre demande souvent d'être tenu sinon il se referme, rendant ça compliqué.
  • Le fait d'avoir 100+ livres à l'intérieur. Si je termine mon livre sur mon trajet du matin, j'ai le suivant sur le trajet du soir
  • La configuration. Selon les livres, la situation et/ou ma fatigue, je change la taille de la police.
  • Les statistiques de lecture, je trouve ça cool :)

Négatif
  • La lenteur. Tourner la page prend environ 1.5 seconde, c'est vraiment lent.
  • Je n'ose plus lire dans le bain. Trop peur de la faire tomber.
  • Obligé de passer par des réseaux alternatifs pour récupérer des livres qu'on a déjà au format papier.
  • La navigation dans les fichiers. Pas de navigation en arborescence.

Neutre
  • L'encombrement. C'est un peu plus grand qu'un livre de poche, mais toujours plus petit qu'un gros livre.
  • Le dictionnaire intégré. Sur le papier c'est utile, mais beaucoup trop lent sur Kobo, et je n'ai pas lu de livre en anglais.
  • L'autonomie. En général elle est bonne, mais il manque un avertissement ou un rappel pour éviter de se retrouver sans batterie. Monter dans le bus et découvrir qu'on n'a plus de batterie et qu'on ne peut pas continuer sa lecture, c'est un peu énervant. Heureusement ça ne m'est arrivé que 2 fois.
  • Plus de bibliothèques remplies de livre. Personnellement j'ai des centaines de livres chez moi (sans compter les BD), et je sais que si j'achetais uniquement des livres sur liseuse, ben j'aurais une énorme bibliothèque vide. J'aime bien l'idée de voir tous mes livres rangés, et de pouvoir, à l'occasion, en reprendre un que j'aimais bien.

Voilà, dans l'ensemble mes seuls reproches viennent du système Kobo de la Fnac... Si la liseuse était plus rapide et permettait de naviguer en arborescence, je n'aurais quasiment rien à redire.

Et pour ceux qui me diront "oui mais le contact du papier, l'odeur du livre, ça me manquerait trop"... ben pour quelqu'un qui se disait ça aussi... au final pas tant que ça.
La liseuse a quand même d'énormes atouts par rapport au livre classique, et j'ai eu du mal à revenir sur un livre classique (j'ai dû le faire pour un livre que j'avais et que je n'ai pas pu retrouver au format numérique).

Voilà, si vous avez des questions, n'hésitez pas !

Bonne journée et bonne semaine à tou·tes !

Epic NPC Man

icon Tags de l'article :

Septembre 04, 2017
Pour ceux qui aiment les MMORPG ou juste les RPG (Skyrim, tout ça), je suis tombé sur une petite chaine youtube de vidéos très courtes mais très drôles, basée sur les incohérences des RPGs et autres MMORPGs.

Je vous laisse découvrir ça !


Et non, je ne bloque pas depuis 2 semaines sur le "There's someone prowlin' around here ! ... Must have been the wind"

Les jeunes sont condamnés, voici comment survivre

icon Tags de l'article :

Décembre 28, 2016
Cet article est une traduction rapidement faite de cet article : http://pando.com/2013/01/09/young-people-are-screwed-heres-how-to-survive/

Si vous êtes anglophone, privilégiez la lecture de l’original en anglais.


Hey les jeunes, vous avez tous lu « The Hunger Games » hein ?
Presque tout le monde a lu ce best-seller ou au moins vu ce film sur Katniss Everdeen, une jeune femme intelligente et ambitieuse qui a vu tous ses plans de vie bouleversés et son avenir fortement compromis… Elle allait se retrouver dans une arène pour combattre avec d’autres jeunes jusqu’à ce que mort s’en suive…. Quel espoir devait-elle avoir ?
Mais c’est juste une fiction, hein ? Vos parents et vos grands parents qui vous aiment n’auraient jamais tout foutu en l’air pour vous pousser dans le ravin ensuite… si ?
En fait, c’est ce qu’ils ont fait.
La semaine dernière, le blog économique Calculated Risk a créé un graphique qui montre ça :

alt

Pour un économiste, ce graphique montre que l’impact de la récession de 2007 sur le chômage dépasse tout ce qui avait pu arriver pendant d’autres récessions d’après-guerre. Pour les jeunes ça veut simplement dire…
Vous êtes dans la merde.
En fait, les adolescents d’aujourd’hui sont trop jeunes pour se souvenir de la récession d’il y a 12 ans. Mais même à son pire moment, cette récession n’a jamais atteint un taux de chômage aussi élevé que celui que nous connaissons actuellement.[...]
En bref, vous êtes vraiment dans la merde.
Comme mentionné dans un de mes articles récents, le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les jeunes… [...]
Au final, les jeunes doivent comprendre comment la génération de leurs grands-parents a tout détruit pour eux… Un américain moyen arrive à la retraite avec moins de 70 000$ d’économies. Et pendant ce temps-là, les hommes et femmes âgées coutent 275 0000$ de soins médicaux… Et c’est vous, les enfants, qui payez pour ça, en héritant de dettes de milliards de $ que vos grands-parents n’ont jamais eu l’intention de payer… [...]
Oui, vous êtres dans une merde sans nom.
Mais il y a quelques bonnes nouvelles au milieu de tout ça. Certains d’entre nous avons déjà survécu à ces « Hunger Games », et on va pouvoir vous servir d’Haymitch Abernathy. Vous savez, ce mentor alcoolique qui a expliqué à Katniss comment survivre à la grande bataille qui l’attendait.
Voici donc quelques conseils pour comment naviguer dans ce monde terrifiant.

Leçon numéro 1 : vous devez apprendre à *faire* quelque chose.
Il y a une raison pour laquelle le chômage est toujours aussi élevé, malgré le fait que tant de sociétés réalisent des profits record. C’est parce qu’après avoir été obligée de supprimer 10% de leurs forces de travail, la plupart ont réalisé que… et bien… elles n’avaient pas besoin d’autant de gens.
Les sociétés suppriment les jobs inutiles. Et, malheureusement, il s’agit des jobs cérébraux vers lesquels se dirigeaient les jeunes gens ambitieux…
Cela comprend les jeunes avocats, qui ne peuvent presque plus trouver de travail aujourd’hui. Cela comprend également tous ces gens dans le marketing et la finance, deux secteurs où on n’apporte pas d’argent à l’entreprise et où on ne sert pas à faire fonctionner la société…
Mais devinez ce qui n’est pas inutile ? Faire des choses. Créer des choses. Il y a des millions de propositions d’emploi aux USA, et la plupart sont pour des carrières où vous fabriquez et créez des choses. Si vous avez grandi dans un bon environnement, alors je suis sûr que vous avez vu vos amis développeurs trouvent du travail méga facilement. Mais il n’y a pas qu’eux. Il y a un nombre dingue de métiers, du spécialiste en climatisation au plombier, qui payent énormément.
Mais les jeunes issus de milieux riches ne savent même pas que ces jobs payent…
Mon conseil, pour les jeunes, est le suivant : apprenez comment « créer » des choses. C’est-à-dire travailler avec vos mains, et/ou apprendre à coder avec.
Ce qui nous emmène à la seconde leçon…

Leçon numéro 2 : non, plus d’éducation n’est pas une solution
Si vous pouvez aller dans une université au top, alors allez-y. Un diplôme extrêmement bien côté vaut le coup, au moins pour pouvoir ensuite se « dégrader » et pouvoir trouver du travail. Mais la valeur d’un diplôme en économie ou en droit est à revoir chaque année…
Mais sinon, pour la majorité d’entre vous, vous pouvez sauter la case « université ».
Le monde d’aujourd’hui n’a plus vraiment besoin de femmes fières de leur master en langues espagnol / anglais…
Désolé mais vraiment pas. On a besoin que vous appreniez à construire des logiciels comme le font déjà beaucoup d’hommes développeurs. Vous êtes au moins aussi intelligentes, et ils sont définitivement moins organisés et attentifs aux détails. Alors allez leur montrer que quoi vous êtes fait !
Mais bon, partir étudier dans une grande école… Ca coute cher. Mais vous saviez qu’il existe des livres à 40/60€ qui peuvent vous en apprendre tout autant sur le développement ?
Ou encore qu’il existe des formations très efficaces et peu chères pour apprendre à développer ? (DUT informatique, DUT métiers du multimédia et de l’Internet)
Allez trouver un pote développeur et demandez-lui de vous aider. En général les développeurs passionnés sont plutôt amicaux et altruistes.
Et dites-vous bien que le code informatique n’est PAS plus chiant ou compliqué que d’apprendre à conjuguer de l’espagnol ou de l’allemand !

Leçon numéro 3 : vos parents et grands-parents ne comprennent pas votre monde. Vous devez probablement les ignorer.
Vos parents et grands-parents veulent ce qu’il y a de mieux pour vous. Mais ils ne comprennent pas du tout votre monde. Vous devriez VRAIMENT les ignorer.
Ils ont grandi dans un monde totalement différent du votre. Un monde où il ne peuvent comprendre comment les choses fonctionnent pour vous. Ils ne savent pas à quel point c’est dur de se battre pour un stage non payé. Ils ne savent pas ce que c’est de viser un poste, se préparer une carrière pour voir du jour au lendemain ce plan de carrière disparaitre ou devenir quasiment inexistant. A leur époque, obtenir un métier dans la santé ou le droit était un ticket vers de gros revenus assurés. A leur époque, les journaux embauchaient des gens...
Les parents et grands-parents ne comprennent pas à quel point les métiers et carrières évoluent en continue à notre époque. Vous ne pouvez plus trouver un métier dans une société et espérer y rester 30 ans. Ce que vous faites pour vivre n’existera peut-être plus dans 10 ans !
Chaque jeune personne est un entrepreneur aujourd’hui, d’une façon ou d’une autre. Ils doivent forger leur propre et unique plan de carrière, et ils doivent y réfléchir avec 5/10 ans d’avance sur la société actuelle.
Il n’y a plus de vrais guides sur « comment se construire une carrière ». Et SUREMENT PAS celui que lisaient vos parents en 1981.
En résumé, le chemin « conventionnel » est devenu un micro chemin étroit au bord d’une falaise… Il existe à peine.
Vous ne pouvez plus juste aller en école et devenir quelque chose : avocat, banquier, docteur, journaliste, manager, … Les embauches pour beaucoup de ces emplois sont gelées, et certains sont tellement frustrants qu’il vaut mieux les éviter. Je ne connais pas un seul médecin qui pense que la médecine est le meilleur plan de carrière pour leurs enfants. Et la même logique s’applique à de plus en plus de professions chaque jour.

Leçon numéro 4 : ne t’inquiète pas de ton réseau, inquiète toi de tes amis
Si tu as des amis qui réussissent, tu réussiras. C’est presque aussi simple que ça. Si tu traines avec un groupe de loosers, tu adopteras leur façon de faire et tu n’achèvera rien. Peu importe que tu ne sortes pas ou n’aie pas un énorme réseau développé, sois sûr que tes amis sont des gens ambitieux et travailleurs que tu pourras admirer.
Pour certains, cela signifie qu’il va falloir cesser de trainer avec ses amis du collège / lycée. Pour d’autres, cela signifie qu’ils vont devoir se faire des amis plus agés. Ou pour d’autres ça signifiera acquérir de nouvelles compétences pour pénétrer un groupe d’amis qu’ils aimeraient rejoindre.
Si tu traines avec des gens de qualité, tu n’auras pas besoin de t’inquitérer d’avoir un réseau peu développé. Tes amis SERONT ton réseau. La seule raison pour laquelle tu lis cet article est parce que Sarah Lacy a beaucoup d’amis de très bonne qualité, et non seulement ils supportent PandoDaily (le site en question), mais ils investissent aussi dedans.
Et même si elle n’est personne, elle a des amis de qualité.
Ca marche. Et ça a marché un nombre indéfini de fois. Vos amis vous tirent vers le haut ou vous tirent vers le bas. Il n’y a pas d’entre deux. Assurez-vous juste qu’ils vous tirent vers le haut.

Un projet informatique c'est comme... une course à pied

icon Tags de l'article :

Novembre 09, 2016
Imaginons que notre projet informatique soit un coureur professionnel qui doit courir un marathon (= sortir une feature).
Il n’a pas de limite de temps, il doit juste terminer son marathon. C'est son objectif.

Dès le début de la course, il verra de nombreux problèmes apparaître :
  • Le premier c’est les interruptions constantes des journalistes pour l’interviewer (= interruptions constantes, bruit dans les openspaces, tickets non pertinents, questions, etc.). Chaque interruption va lui faire perdre énormément de temps car il perd son rythme, ses muscles refroidissent, … et il doit repartir ensuite de zéro. (cf image plus bas)
  • Le second, c’est que notre coureur est en mauvaise santé, et passe 20% de son temps avec les médecins (=correction de bugs, TMA).
  • Enfin, notre coureur est gros (=dette technique), et du coup un marathon pour lui est bien plus compliqué que pour une personne fine et sportive. Sans compter que son poids lui crée encore plus de problèmes de santé, ce qui le fait passer encore plus de temps avec les médecins…

Tout ça en fait un coureur qui ne pourra jamais terminer son marathon en 4/5h, et qui le terminera à chaque fois en 20 à 30 heures au moins.

"Et si jamais le coureur a un temps limité pour terminer son marathon ?"
Il va encore plus forcer sur son rythme, ne plus s’arrêter pour boire… Donc hypothéquer sa santé et son endurance, et passera encore plus de temps avec le médecin dans les mois qui suivent…
Il ne pourra plus courir efficacement avant un moment. Si ça se répète trop il risque d’abandonner la course à pied pour de bon.

Bref, je pense que vous avez compris pourquoi 80% des projets informatiques terminent dans le mur... ou explosent les délais/coûts.

De rien.

Bonne journée !

Pokemon Go... to Hell

icon Tags de l'article : ,

Aout 02, 2016


Hello à tous,

Comme beaucoup de gens, je voulais vous parler un peu de Pokemon Go. Si vous me suivez sur Shaarli, vous savez que je joue à Pokemon Go depuis bientôt un mois maintenant.

Là où je voulais parler du jeu... c'est du fait qu'il est en train de devenir exactement ce qu'on craignait qu'il devienne.

Déjà, au niveau du jeu, il a de très nombreuses qualités :
  • un jeu en extérieur, obligeant à se déplacer, faire du sport, marcher
  • il aide à découvrir nos villes et rues (œuvres d'art, monuments, bâtiments, ...)
  • social, on rencontre des gens, on discute, on s'entraide ("là bas il y a un Kraboss !")
  • fun et challengeant (capturer des Pokemons un peu partout, au coin d'une rue, les entrainer, etc.)
  • beau et utilisant la réalité augmentée
  • gratuit (grâce aux Pokestops on a assez de Pokeballs pour jouer)

Mais, dès le début, j'ai eu de nombreux doutes par rapport au jeu, qui cumule quand même beaucoup de points négatifs :
  • le jeu est très léger niveau fonctionnalités (capture simpliste, pas de combats, arènes simplistes, entrainement via clic...)
  • le gameplay est nul au final... on ne fait que marcher et cliquer (on marche pour cherche des Pokemons, on touch pour lancer des Pokeballs, ou on spamme son écran pour combattre)
  • le jeu est loin d'être optimisé (pompe la batterie d'un smartphone moyen en 2 heures)
  • il faut que l'application soit lancée en permanence
  • un flou au niveau de l'utilisation des données
  • le jeu est un F2P avec possibilité d'acheter des objets

Comme on le voit, oui le jeu est original, différent, mais il a de nombreuses limites et tares. Pour moi, la première est le gameplay qui est totalement inintéressant. Je veux dire, le jeu a des années lumières de retard niveau gameplay des jeux Pokemons sortis en 1999 !
Ca n'en reste pas moins un jeu différent de ce qu'on connait, qui nous oblige à échanger et nous déplacer, contrairement à la majorité de nos jeux qui nous font camper assis sur nos canapés / chaises de bureaux.



Le gros risque, pour moi, venait du dernier point : le jeu est un F2P. Ils auraient pu rendre le jeu payant 5, 10, 20, 30 euros, non, ils l'ont rendu gratuit. Car ils voulaient un jeu comme Candy Crush, où le joueur accro moyen dépense plus que pour un jeu à prix fixe.
Sauf qu'on met le doigt sur le risque : le côté "accro". Car une fois le joueur accroché au concept du jeu, rien n'interdit l'éditeur de rendre le jeu plus compliqué, voire limite injouable sans payer (ou demandant d'y passer des centaines d'heures pour faire la même chose qu'en dépensant x€).
Un exemple de ce type ? Clash of Clans. Ou tout simplement : la majorité des jeux pour smartphones.

Et Pokemon Go... est exactement en train de prendre cette voie. La voie des jeux qui sont là pour faire le plus d'argent possible, au détriment des joueurs.

Vous vous rappelez ce que j'avais dit ? Le jeu risquait de virer en P2W.
C'est ce qui se passe.
Depuis le dernier patch, on peut remarquer 2 choses :
  • le radar a été supprimé.
  • la difficulté de capture des Pokemons a énormément grimpé



Ces deux modifications sont très très très révélatrices.


La première, la suppression du radar, montre que l'éditeur du jeu NE VEUT PAS que vous trouviez les 150 Pokemons, en tout cas pas avant très longtemps. Ils veulent que vous galériez, que vous vous déplaciez au hasard en espérant tomber sur des Pokemons que vous n'avez pas. Ils avaient de nombreuses façons de régler le problème des sites qui référencaient les Pokemons, mais ils ont choisi la pire : faire galérer le joueur. Enlever le côté stratégique. Remplacer tout ça par du hasard et de la chance.

La seconde, l'augmentation de la difficulté de capture des Pokémons, montre clairement que l'éditeur veut... vous faire dépenser de l'argent pour acheter des Pokeballs. Ben oui, actuellement, en capturant tout ce qui bouge et en se promenant, vous n'aurez bientôt plus assez de Pokeballs pour avancer. Donc soit vous allez devoir camper près de Pokestops pour les utiliser 6 fois par heure pour récupérer des Pokeballs... Soit vous dépensez quelques euros pour des Pokeballs. Et vous voilà partis dans l'engrenage.

Et ce n'est que le début ! Il est probable que l'éditeur du jeu va ajouter des fonctionnalités... tout en rendant la capture de plus en plus compliquée et / ou problématique. Combien de temps avant les Masterballs à 20€ ? Combien de temps avant que les joueurs qui n'ont pas payé se voient handicapés ? Combien de temps avant que le jeu ne mette en vente des Super Leurres qui coutent 5€ pièce et qui attirent les Pokemons rares pendant 30 minutes ?



Jusqu'à présent, Niantic a montré qu'ils ne voulaient pas faire un bon jeu, mais un jeu qui rapporte beaucoup. Ils se fichent de la qualité du jeu, tout ce qui les intéresse, c'est que vous y passiez assez de temps pour vous transformer en joueur payant. Pour cela ils font tout pour vous rendre accro, puis dépendant. Mais vous donner un jeu de qualité, sain, prenant, complexe, intéressant, profond ne les intéresse visiblement pas.

En bref, n'espérez pas que le jeu évoluera dans le bon sens, car c'est très peu probable.


Ajoutez à tout ça une utilisation des données très floues, Niantic ayant été financé par la CIA, et le jeu étant capable de prendre des photos de tous les lieux où vous capturez des Pokemons... Oui, vous risquez de cartographier en 3D tout votre intérieur pour le compte de l'Etat Américain. Heureux ?

Bref, je viens de désinstaller le jeu, et je ne peux que vous encourager d'en faire autant.

Il y a tellement de bons jeux qui existent (ne serait-ce que les dernière versions de Pokemon) que je trouve ça dommage de passer du temps sur un jeu qui au final ne veut que notre portefeuille.

Après si vous aimez le concept, que ça ne vous dérange pas de payer et d'être le "consommateur" du jeu, tant mieux pour vous. Mais ne vous étonnez pas si dans 1 an vous percuterez que le jeu n'a pas évolué, que vous y jouez tous les jours par réflexe alors que vous ne vous amusez pas dessus, et que vous avez dépensé des dizaines / centaines d'euros sur ce jeu.

De plus, sait-on jamais, si beaucoup de joueurs quittent le jeu, ça fera peut-être réfléchir Niantic. Et si ce n'est pas le cas, vous aurez peut-être quitté un jeu qui se révèlera très décevant, n'en voulant qu'à votre portefeuille.

Enfin bref, comme on dit : bon jeu à tous, sur ce jeu... ou sur un autre !

Les jeunes et l'informatique

icon Tags de l'article : , ,

Mars 21, 2016
Quelques petites anecdotes pour vous, pour bien commencer la semaine :
  • Ce weekend j'ai réalisé qu'un gamin que je connais, 11 ans, joue depuis des mois en 1440x900 sur son PC. Pourquoi ? Car son écran avait un souci de position, et du coup il ne pouvait pas mettre 1920x1080 sans perdre la gauche de son écran. Et au lieu de reset l'écran... Il utilisait son PC en 1440*900 et se pétait les yeux.
  • Je me suis rendu compte qu'un gamin de 13 ans que je connais ne savait pas copier un fichier sur une clef USB. Et ensuite qu'il ne savait pas installer une imprimante (oui, il suffit de la brancher et de faire suivant 3 fois).
  • Il y a quelques années, j'ai vu un gamin de 10 ans jouer à Minecraft en QWERTY sur un clavier Français. Au lieu de se déplacer avec ZQSD, il se déplacait avec WASD. Et pour lui c'était normal...
  • J'ai vu quelqu'un que je connais essayer 3 fois d'affilée la même opération qui échouait, sans jamais lire le message d'erreur qui pourtant était clair.
  • Plus de la moitié des étudiants que je vois en cours n'utilisent pas de souris, uniquement le trackpad...

Ce qui me gène ? Ils utilisent des PC et des tablettes depuis plus longtemps que moi à leur âge.


J'ai découvert l'informatique à 7/8 ans avec notre premier PC sur MS-DOS. Puis vinrent Windows 3.1, Windows 95, Windows 98, Windows XP, ...
Mais à l'époque... L'informatique n'était pas "simple". On galérait. On s'énervait. Mais j'ai l'impression qu'on apprenait surtout à réfléchir. A remettre en question quelque chose. A chercher des solutions.
L'informatique est bien meilleur et agréable aujourd'hui. Je ne regrette pas du tout l'époque de Windows XP ou Windows 98.

Sauf que voilà.... avec l'ère des tablettes, de l'informatique simple et efficace, j'ai l'impression que les gamins n'acquièrent pas cette simple compétence de réflexion/remise en question des choses...
Ils ne veulent plus que du "plug n play". Le problème c'est que dès qu'un problème apparait... C'est terminé. Ils sont démunis.
Et je ne parle pas du démuni qui ne sait pas reformater ou nettoyer son PC, non. Je parle au delà de ça : je parle du démuni qui ne sait pas installer un logiciel ou faire une recherche google pour remettre le son sur son PC.


Le jeu se joue avec WASD ? C'est pas pratique.
Mon écran est flou ? C'est chiant.
L'imprimante ne s'installe pas toute seule ? Du coup on fait comment ?


Quelle est la solution ?
Je n'en sais rien. A mon échelle j'essaie d'expliquer les choses. J'essaie de montrer. De faire réfléchir la personne.
Lui montrer que l'informatique ça s'apprend, ça se réfléchit. Un problème informatique c'est comme un problème de maths. Il faut réfléchir, chercher la solution, bien lire le sujet, ... Tout ne peut pas se résoudre par magie, mais tout peut se résoudre en analysant, en cherchant, en essayant de comprendre.


J'ai l'impression que le problème vient surtout de l'éducation de l'informatique. C'est simple : elle n'existe pas. On n'apprend rien aux enfants. Ou pire, on leur apprend à démarrer un PC qui marche, puis on leur apprend à utiliser un logiciel pour taper du texte.
C'est un petit peu comme si, en cours de Mathématiques, on te demandait juste de lire et écrire des chiffres. Le jour où tu te retrouverais face à une multiplication, tu aurais bien l'air d'un idiot...
On ne t'apprend pas comment marche un ordinateur. Ou à quoi correspond chaque pièce. Ou comment le démarrer quand il ne veut pas. Ou comment installer un logiciel. Ou comment garder un ordinateur en bon état de fonctionnement.

Et on parle depuis quelques années d'ajouter du développement à l'école. Pour moi, c'est la dernière chose à faire. Pour reprendre l'exemple des maths, c'est comme si on passait de "écrire des nombres" à "résoudre des équations au 2ème degré" sans passer par l'apprentissage des calculs simples.

L'informatique a évolué très vite, et l'éducation ne suit pas. J'espère que ça changera, mais la direction prise ne me rassure pas.


Après, ce ne sont peut-être que des cas isolés... Mais on est très loin de l'image des "digital natives". Ils ne savent qu'utiliser internet et installer des application. Ca s'arrête là. Et leur façon d'utiliser internet et d'installer des applications est, en plus, très dangereuse (sécurité / vie privée).

J'envisage de plus en plus de lancer ma chaine youtube d'explication de l'informatique... Juste... la base. Ce que j'imagine nécessaire à l'école. La base du matériel. La base du logiciel. Résoudre un problème. Se protéger des virus.

Enfin bon. Après on me dira surement que je ne suis qu'un vieux con, et que les jeunes ont mieux à faire que d'essayer de comprendre leur ordinateur. Et ils retourneront jouer à Minecraft en WASD 1440*900 au trackpad.